Témoignage d’Alice Desbarat

Posté le: octobre 2, 2019 Posté par: AHJV Commentaire: 0

Témoignage d’Alice Desbarat

Partir en mission humanitaire, un rêve depuis toujours !
Afin de m’enrichir personnellement et professionnellement en tant que future assistante sociale, ainsi qu’apporter mon aide, mon sourire et un peu d’amour à des populations en difficulté, et après être tombée par hasard sur la page Instagram de l’AHJV-TOGO, j’ai saisi l’occasion de vivre cette expérience humaine aux côtés de ma grande sœur. Le travail effectué par l’AHJV-TOGO à travers ses nombreux projets en faveur des enfants principalement, a suscité mon intérêt et m’a donnée envie de m’investir. Et puis l’Afrique ! Ce vaste continent plein de richesses et de ressources, rempli de paysages divers et variés constituait évidemment une motivation de plus à réaliser cette mission durant un mois.

Premières impressions à l’arrivée

Dès mon arrivée, je ne pouvais plus retirer ce sourire de mon visage. Après un long voyage, une très longue soirée m’attendait. L’accueil et l’intégration par toute l’équipe (membres, volontaires et amis) furen très chaleureux, au rythme des djembés et des danses africaines autour du feu. Niveau dépaysement, on était déjà bien servies, mais les toilettes sèches, la douche froide au seau, la lessive à la main et la vaisselle sans robinet ont nécessité un léger temps d’adaptation. On s’y fait très vite et on finit même par apprécier ce confort, certes rudimentaire mais tellement suffisant.

Concernant le travail, j’ai pu participer à presque tous les projets de l’association mais principalement à l’animation étant donné la période.

Projet animation et soutien scolaire

Durant les vacances scolaires, l’animation a lieu tous les jours de 9h à 11h et de 15h à 17h sauf le mercredi matin, le vendredi après-midi et le weekend. Chaque semaine, un thème ainsi qu’un comité responsable composé d’animateurs et de volontaires sont choisis. Ce nouveau système de comité est une très bonne idée, cependant des réajustements sont à faire, tels que s’assurer de la disponibilité des membres du comité par exemple. Les animations réalisées en ma présence se sont dans l’ensemble bien déroulées et ont énormément amusé les enfants. Faire ma première expérience en animation dans ce contexte a été une double découverte et un réel plaisir pour moi. J’ai énormément apprécié le sérieux des enfants qui étaient tout autant enjoués lors des animations un peu plus scolaires que lors des jeux ludiques.

J’ai également participé à la réalisation du spectacle de fin d’animation. Les enfants ont pris beaucoup de plaisir à apprendre deux danses (une européenne et une africaine) ainsi qu’un sketch. Un kit scolaire a été remis aux enfants qui viennent régulièrement à l’animation. La parade et les prestations des autres associations étaient géniales aussi ! Nous nous sommes tous bien amusés malgré une organisation très tardive.

Projet enfants malnutris

Dans le cadre de ce projet, je me suis rendue à deux reprises à la polyclinique, où l’association rencontre les enfants qu’elle suit chaque mercredi. La sage-femme en charge de ce suivi, pèse et mesure les enfants afin de voir l’évolution. Elle donne également des conseils aux mamans ou grand-mères pour l’alimentation selon l’âge et en fonction de l’état de malnutrition. S’il y a besoin, elle peut aussi prescrire des médicaments et faire des dons de protéines. L’association quant à elle, peut soutenir financièrement les familles si la situation le nécessite, et fait également des dons de vêtements et de boites de lait. Ce suivi peut aussi se compléter par des visites à domicile, notamment chez les triplets où je me suis rendue deux fois. L’un d’eux est encore en situation de malnutrition et a développé un problème cutané se traduisant par des boutons. L’association a pu prendre en charge les frais du traitement médical prescrit que nous avons apportés lors de la seconde visite en plus de vêtements pour les trois enfants.

En lien avec ce projet, il y a également le suivi de Nati, enfant malnutri de 10 ans qui ne parle pas encore. L’association l’accompagne à ses rendez-vous chez l’orthophoniste deux fois par semaine. Lors de ma mission, j’ai pu observer une séance de travail durant laquelle Nati a fait beaucoup d’efforts pour progresser.

Projet enfants de rue

Deux soirs par semaine un groupe d’animateurs et de volontaires rencontrent les jeunes autour d’une table, dans un endroit accessible à tous afin de réaliser diverses sensibilisations (violence, école, alcool/cigarette/drogue, jeux d’argent, etc.) et jeux de société. Ces échanges nous permettent d’avoir un regard sur leur quotidien et sur les difficultés qu’ils peuvent rencontrer dans la rue notamment, afin de définir leurs besoins selon leurs potentialités et les possibilités existantes. Cette analyse a été réalisée durant 3 mois et nous avons choisi, à terme, de nous concentrer sur 4 enfants. Ce choix s’est justifié par leur assiduité aux séances, leur motivation à reprendre l’école ainsi que l’urgence de leur situation. Ce projet m’a particulièrement plu et le fait de partir au début d’un accompagnement plus poussé avec ces jeunes a été assez frustrant pour moi.

Projet soins de plaies

Durant l’animation d’été, ce projet est « au ralenti». Nous avons donc repris la tournée des villages vers la fin de mon séjour. J’ai eu la chance d’aller à Kouniko, village dans lequel l’AHJV-TOGO réalise plusieurs actions toute l’année afin de contribuer à son développement (Sourire de Noël, construction de latrines, d’écoles, etc.). Nous y avons chaleureusement été accueillis pour une nuit à la belle étoile. Puis, nous y sommes retournés dans le cadre du projet soins de plaies où j’ai eu le plaisir d’assister des infirmiers et volontaires. Nous avons fait des pansements aux enfants. Pour que les plaies guérissent il faut les soigner régulièrement. L’association prévoit donc de s’y rendre plus souvent et de former quelques personnes du village afin qu’à terme, l’association ait moins, voir plus du tout à intervenir.

Cette première mission humanitaire a été une expérience incroyable qui ne sera pas la dernière je l’espère. Etant en étude pour devenir assistante sociale, ce voyage m’a donné l’idée de pourquoi pas continuer des études dans l’humanitaire lorsque je serai diplômée, afin de pouvoir travailler à l’étranger. En effet, j’ai découvert une population togolaise très accueillante et surtout très simple, qui sait se contenter de ce qu’elle a. J’ai également découvert des paysages magnifiques, du petit village à la grande capitale en passant par la forêt et les grandes plages. Alors je ne suis pas prête d’oublier tout ça et remercie particulièrement ma sœur, les volontaires, les membres et les amis de l’association qui ont contribué à mon épanouissement durant ce mois chargé en émotions.

Conseil nouveaux volontaires

  • Si vous ramenez des dons, privilégiez le matériel médical (essentiellement pansement, compresse, désinfectant, tulle gras), les boîtes de lait (premier et deuxième âge) et habits (0-14ans).

  • Évitez les chaussures et vêtements blancs.

  • Prévoyez un bon budget en plus des frais de chantiers (visites touristiques, sorties, souvenirs, trajets, coups à boire, forfait téléphonique, visa, etc.)

  • Mais surtout profitez au maximum, ça passe très vite !

 

– Alice Desbarat

 

previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider